Eleutheria.blog4ever.net

Eleutheria.blog4ever.net

Astuces


Fabriquer un vélo électrique / DIY eBike

WwW.eleutheria.blog4ever.net fabriquer un velo electrique.jpg

 

 

Tuto en vidéo :

 

 

Schémas et projets à venir sur la page Facebook :


https://www.facebook.com/incroyablesE...

 

↓↓ Description et suppléments↓↓


 Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee :


https://www.tipeee.com/incroyables-ex...


13/06/2016
0 Poster un commentaire

3 eaux de cuisson à ne pas jeter

www.eleutheria.blog4ever eau de cuisson.jpg


20/10/2015
0 Poster un commentaire

Fabriquez vous-même une piscine naturelle avec quelques euros

www.eleutheria.blog4ever.net piscine naturelle.jpg

 

L'été est arrivé à grand pas avec la chaleur aussi, vous n'avez qu'une envie : aller vous baigner !

Voici quelques ressources intéressantes trouvées par hasard sur Internet ce Week-end qui vous permettront de construire une piscine 100% naturelle avec quelques centaines d'euros seulement.

Il existe de nombreuses sociétés spécialisées dans les piscines naturelles en Europe, mais l'expert du DIY (do it yourself - fabriquez-le vous-même) est David Pagan Butler un anglais. David partage ses connaissances et retours d'expérience au travers de livres / DVD qu'il commercialise sur son site Internet organicpools.co.uk.

Pour découvrir à quoi ressemble une piscine naturelle, voici une présentation en vidéo:

 

 

Le principe de la piscine naturelle est très simple, ne pas utiliser de produits chimiques et polluants pour fabriquer sa piscine et la maintenir opérationnelle. Dans les faits, l'idée est de reproduire un écosystème digne d'un aquarium où tous les éléments s'équilibres pour permettre d'avoir un eau propre de qualité.

D'une manière générale, ces piscines sont constituées de 40 à 50% de zone de regénération et de 50 à 60% de zone de nage. La zone de regénération permet de purifier l'eau grâce aux plantes aquatiques et aux micro-organismes présents naturellement dans l'eau. Au bout d'un certain temps, un écosystème se créé et la piscine s'équilibre toute seule permettant à moindre coût de se baigner dans une pure et propre.

Voici un modèle de piscine naturelle plus petite :

 

Pour partager ses connaissances sur le sujet et vous permettre d'être autonome dans la construction d'une piscine organique, David Pagan Butler fournit un PDF gratuit sur les principes de la piscine organique. Pour fabriquer votre propre piscine, il vous faudra principalement de l'huile de coude, de l'EPDM (film étanche), du gravier et un mécanisme pompe pour permettre à l'eau d'être filtré par la zone de regénération.

Le concept de la piscine organique est très simple et semble être assez accessible pour des petits bricoleurs.

 

Source :  geeek.org


15/03/2015
0 Poster un commentaire

CULTIVER SON PROPRE TABAC À ROULER

eleutheria tabac.jpg

 

Législation

Nous allons commencer cet article par un petit rappel de la loi française.

Il est interdit à quiconque de faire profession de fabriquer pour autrui ou de fabriquer accidentellement en vue d’un profit, des cigarettes avec tabac sauf dans les conditions prévues par le décret mentionné aux 2 de l’article 565 (1) ou, lorsque cette fabrication est effectuée au domicile du consommateur dans la limite de ses besoins personnels, par lui-même, par les membres de sa famille par des gens à son service.

Voir le texte de loi

 

Le tabac :

Faire son tabac est tout à fait possible. Le tabac est un produit manufacturé que l’on fabrique généralement à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun.

Lorsque votre plant de tabac est en fleurs, vous devez couper ces dernières afin de favoriser le grossissement des feuilles du haut. Votre plan produira davantage.

Lorsque les feuilles sont vertes à taille adulte, c’est le moment de la récolte. Vous devrez les suspendre afin de commencer le séchage. Vous devriez obtenir une feuille en partie sèche mais qui restera tout de même souple pour pouvoir la manipuler. C’est un peu comme une peau de chamois.

Lorsque vous aurez atteint ce stade, ébouillantez les feuilles et suspendez-les de nouveau jusqu’à obtenir le séchage final. Celui-ci doit être doux et progressif afin de laisser leur souplesse aux feuilles afin qu’elles ne s’émiettent pas.

Lorsque vous aurez atteint le niveau de séchage désiré, découpez la nervure centrale des feuilles et émincez-les en fines lamelles. Il ne vous reste plus qu’à stocker votre tabac dans une boîte hermétique. Le tabac que vous aurez récolté de cette manière sera beaucoup moins agressif pour vos poumons et la gorge. Le résultat sera donc une diminution de votre toux. Rien ne vous empêche afin d’adoucir davantage votre tabac, de le couper avec d’autres plantes séchées comme le trèfle par exemple.

 

La culture :

Vous nous avez demandé comment était cultivé le tabac. Nous allons donc vous proposer une plongée dans la culture traditionnelle. La graine de tabac est semée en pépinière ou sur du semi flottant au début du mois de mars. La plante est mise en terre à la mi-mai. Au début de l’été, c’est-à-dire au début de la floraison la plante aura atteint près de 1 mètre 80. La fleur est coupée pour que les feuilles se développent, il y en a environ une vingtaine par pied. Lorsque les premières décolorations arrivent, elles indiquent le moment de la récolte au mois de juillet et d’août. Il faut énormément de main-d’œuvre et d’attention. Les feuilles sont séchées sous air chaud ou sous serre ou dans des séchoirs traditionnels. Elles sont triées en été et au début de l’automne.

Ce séchage d’air chaud nécessite 20 kg de bois pour sécher 1 kg de tabac. Cela dure environ une semaine. C’est la méthode de séchage la plus utilisée mais elle entraîne cependant une déforestation importante. En Afrique, plus de 140 000 ha de terrains boisés indigènes disparaissent chaque année afin de servir au séchage du tabac.

Nous sommes pour la préservation de notre planète et il est de notre devoir de vous déconseiller cette méthode de séchage qui nécessite des procédés consommant du bois ou des énergies trop coûteuses. Ne cherchez pas à accélérer un séchage naturel qui est certes plus long mais qui comme chacun le sait, ne saurait égaler la qualité d’un résultat parfait pour un tabac goûteux et savoureux.

 

Quel tabac choisir ?

Le tabac que je vous conseillerais est certainement le BURLEY (brun). Il est produit dans plus de 50 pays. Les principaux sont les États-Unis, l’Italie, la Corée, le Brésil et le Mexique. Il représente 10 % de la production mondiale. C’est une sorte de tabac légèrement séché à l’air libre, dérivé du White BURLEY, qui est une forme mutante née dans une ferme de l’Ohio en 1864. On le retrouve généralement dans les mélanges de tabac pour cigarettes. Sa particularité est d’avoir un faible pourcentage en sucres et un rapport sucre/azote très bas. Ce tabac à une grande capacité d’absorption des arômes ajoutés à la cigarette. Les feuilles ont des couleurs qui vont du marron clair au marron foncé. Elles ne doivent avoir aucune tache jaune. Un plan typique a environ 20 30 feuilles.

Vous pouvez aussi choisir le tabac de Virginie et le tabac d’Orient qui sont blonds. Pour ma part j’ai choisi du Nicotiana tabacum (tabac brun).

 

Une autre méthode de séchage

À la fin du mois d’août vous pouvez ramasser les feuilles qui sont les plus avancées. Ce sont généralement les plus basses sur la tige et vous remontez au fur et à mesure. Cette petite astuce de la récolte progressive vous permettra un travail beaucoup moins fastidieux. Lorsque vous aurez ramassé une quarantaine de feuilles mures dans la journée, vous en aurez approximativement pour 20 minutes de préparation seulement. Et nous allons voir ensemble comment faire.

Il faudra couper des tronçons de fil de fer d’environ 20 cm. Vous allez passer chaque tronçon dans la côte centrale de la feuille, à la base de la tige et refermer la boucle. L’endroit idéal comme local sec et aéré, serait un grenier, un garage ou au pire des cas un auvent. Vous allez tendre des cordes à linge ou des fils très solides. Vous y suspendrez les feuilles la tête en bas en recourbant l’autre extrémité du fil de fer qui est enfilé. Tant que faire se peut, évitez que les feuilles se touchent en les écartant ou en faisant des tronçons de fil de fer de longueurs différentes. L’idéal est que les feuilles restent souples c’est-à-dire qu’elles conservent une certaine humidité. Elles ne doivent absolument pas dessécher ni moisir. Mais dans la pratique, il est très difficile d’éviter le dessèchement. On pourra compenser en humidifiant de nouveau lorsqu’on les mettra en bocaux. Par contre un point important, dès le premier signe de moisissures qui est en fait une substance grise qui se développe sur la tige puis gagne la feuille, il faudra se séparer des feuilles atteintes. Essuyez la tige et placez le tout dans un endroit plus chaud. Si vous avez la possibilité, les placer à côté d’un radiateur ou d’un poêle dans une cagette serait idéal tout en n’oubliant pas de remuer de temps en temps pour aérer.

Le séchage initial c’est-à-dire lorsque les feuilles sont fraîches, prend environ trois semaines dans un garage ou un grenier. Il va sans dire que cela dépend de la température ambiante. On pourra ensuite stocker les feuilles sèches en cageots pour les faire vieillir et les préparer à l’affinage en bocaux. La raison principale est que le tabac prend énormément moins de place lorsqu’il est en bocaux que lorsqu’il est en cageots. Il sera ainsi plus facile de maintenir une bonne humidité car le dessèchement altérera sa saveur. Je conseille un affinage d’au moins un an pour que le tabac soit vraiment bon.

 

La mise en bocaux

Avant de mettre le tabac en bocaux, il va falloir s’assurer du taux d’humidité des feuilles. Si elles sont souples ou sèches, la technique sera différente. Rassurez-vous, nous allons voir les deux.

1. Souples :

Si les feuilles sont souples c’est qu’elles ont gardé une certaine humidité. Il faut prendre une feuille et en détacher la chair de la côte centrale pour ôter les nervures secondaires. Nous allons former une liasse de quelques morceaux de feuilles pour la rouler serrée et la trancher aussi finement que possible avec un gros couteau bien affûté. Est-il utile de vous préciser de faire attention à vos doigts ? Répétez le tranchage au couteau dans l’autre sens. À l’aide d’un hachoir manuel pour les fines herbes, il faut maintenant hacher de tabac. Il vous appartient de choisir la taille de coupe. Vous pouvez aussi bien entendu passer le tout dans un hachoir électrique bien un robot ménager pour râper les légumes en essayant de trouver la grille qui correspond à vos souhaits. Vous pouvez maintenant le mettre dans un bocal en verre fermé et en rectifier l’humidité si nécessaire.

2. Sèches :

Si maintenant le tabac est sec et qu’il s’effrite tout seul, la seule option qui s’offre à vous est de réduire le tabac en flocons. Utilisez pour cela un grand saladier et brisez-le à la main. Adaptez la taille à votre convenance mais nous vous conseillons de le faire assez fin. Il devient alors impératif de ré humidifier les feuilles. Pour cela, il faut remplir un bocal en verre aux deux tiers de tabac haché. Il faut y ajouter des arômes. Vous pouvez prendre de l’alcool de fruits parfumés ou bien du whisky, du rhum, du sirop de réglisse, etc. Cela dépendra de vos goûts. Mélangez le tout et laissez reposer quelques heures avant de l’utiliser. Si le taux d’humidité devient trop important, la combustion s’en fera ressentir et vous n’arriverez pas à le fumer. Il suffira de sortir la quantité voulue et de la poser dans un bol ou une assiette pour un séchage à l’air libre rapide. À force de pratique, vous trouverez le degré idéal d’humidité pour le roulage.

En conclusion, voyons le cas « idéal ». Il faudrait que le tabac ait séché suspendu au moins un an afin d’être réellement agréable. Mais les goûts ne se discutent pas. Pour ceux qui ont la chance d’avoir un local dédié à la fabrication de leur tabac, le faire sécher accroché ou empilé en cageots le plus longtemps possible tout en maintenant un taux d’humidité idéal serait parfait. Si vous vous posez la question de savoir quel est ce fameux taux d’humidité idéal, c’est celui que vous retrouvez dans votre paquet de tabac à rouler lorsque vous l’achetez. Mais il est très difficile d’arriver à un tel résultat car il y a des risques de moisissures dans les premières semaines lorsqu’il est frais et de dessèchement par la suite ce qui altérera son goût. Gardez comme ligne de conduite que votre tabac doit être séché tout en restant souple.

Je conclurai en disant que d’après notre expérience personnelle, les machines à tuber et les tubes sont réellement économiques. L’équivalent d’un paquet de 20 cigarettes fabriquées artisanalement reviendrait à moins de 0,40 €.

 

Source :  Meta tv


24/01/2015
0 Poster un commentaire

Comment faire pousser indéfiniment des oignons en intérieur.

eleutheria oignons-en-intérieur-couverture.jpg

 

Comment faire pousser indéfiniment des oignons en intérieur

Ce serait tellement génial si vous n’aviez qu’à vous servir sur la fenêtre chaque fois que vous avez besoin d’un oignon pour une recette !

Bien sûr vous pouvez en trouver dans les supermarchés, mais il n’y a pas suffisamment d’informations sur leur origine. Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un potager ou qui veulent tout simplement avoir des oignons à portée de main, voici la solution !

 

Voici ce qu’il vous faut pour des oignons en intérieur

1 bouteille en plastique de 5 litres
1 paire de ciseaux
des bulbes d’oignons
de la terre
de l’eau

Instructions 

Commencez par couper le goulot de la bouteille en plastique.

Faites quelques trous dedans avec les ciseaux. Les trous doivent être assez grands pour les oignons.

Positionnez ensuite des bulbes d’oignons à travers les trous.

Mettez des couches de terre et les bulbes, jusqu’à ce que la bouteille soit pleine.

Vous pouvez ajouter le goulot dessus ou laisser comme ça.

 

oignons-en-intérieur-2.jpg

 

Arrosez la bouteille et mettez la sur votre fenêtre.

Les oignons pousseront très rapidement, vous pourrez les regarder pousser, et ensuite vous en servir pour aromatiser vos plats !

 

oignons-en-intérieur-3.jpg

 

source :  esprit science metaphysiques


24/01/2015
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Journal Intime pourraient vous intéresser